Mais bordel... quand est-ce que ça démarre ? 🗡️️


C'est ce que vous allez probablement vous demander en lisant cette sympathique fantasy française, mais avant d'en arriver là... rembobinons 🎞️.

Emmanuel Chastellière est un auteur français, bien connu dans l'univers de la fantasy, puisqu'il est un des co-fondateurs du site Elbakin.net ; il est aussi traducteur et fan de fantasy : ça s'annonce plutôt bien !
Si vous souhaitez en savoir plus, sa bio est dispo par ici !

Le récit

Préparez-vous à suivre le 22ème régiment d'infanterie de l'armée du Coronado (le pays, bien puissant, qui a des envies d'agrandissement) dirigé par le colonel Cérès Orkatz (la dame sur la couverture) au cours de sa conquête de la pénisule de la Lune d'Or.

Enfin conquête... globalement, c'est déjà bien plié, excepté un petit village gaullois, euh 🙃, excepté THE LEOPARD EMPIRE, oups, l'empire du léopard donc, qui... ne résiste pas vraiment ; mais qui se montre difficilement accessible.
La prochaine étape pourtant, c'est bien l'intégration de cet empire au Coronado ; mais le retour sur investissement (oui, une invasion ça coûte cher) de la conquête de la péninsule n'ayant pas tenue ses promesses, personne ne sait vraiment sur quel pied danser !
Alors, riche notre animal tacheté ?

The locals call him Cyrus. I was lucky enough to get a stare-down from him on an afternoon safari in the Kruger National Park. What an amazing creature and moment.
"Lis le livre pour le savoir."

L'univers dépeint est très crédible, les personnages sont précis et travaillés (mention spéciale au colonel Orkatz), le tout est propice à une immersion de qualité.
En même temps, avec 625 pages au compteur, il y a la place pour développer ; oui, c'est un peu long mais pas ennuyant.
Notez quand même (j'en ai fait le sous-titre de ce post), qu'il vous faudra attendre quasiment la moitié du livre pour que la compagnie se remue enfin 🔫.
Mais pas trop, car le calme revient rapidement et un peu de patience sera encore nécessaire avant la dernière, et explosive, partie !

L'auteur s'en justifie brièvement dans les remerciements finaux :

Certes, vous le savez si vous vous apprêtez à refermer ce livre, ce roman n’est pas un roman épique à la Steven Erikson ou Brandon Sanderson. Les feux d’artifice, ce n’est pas non-stop, du début à la fin. Mais oui, c’est de la fantasy… Non ?

Oui.

Paradoxalement, ça ne m'a pas géné tant que ça.
Le style de l'auteur est fluide, même si les 96 répétitions de "comme si" (un rapide calcul 🧮 m'indique 1 fois toutes les 6,5 pages) ne passent pas inaperçues.
On s'immerge facilement au sein de cette compagnie de soldats et on a hâte de découvrir ce qui se cache derrière la bête à fourrure.
Une fois qu'on y est, mazette, ça pète !. On n'est pas déçu, le gore pointe son nez (#bébé) et tout se bouscule.

Le livre papier

L'édition est de qualité, le papier aussi (plus que d'ordinaire) et il sent bon 😄.
Préparez-vous à être plus musclé à la fin de votre lecture, avec 772g à la balance, c'est un beau bébé.

La couverture

Boooooooooooooon, j'ai un peu de mal avec le dessin même s'il permet de visualiser le personnage principal (le colonel Orkatz, mais vous aviez suivi), ainsi que de se projeter dans une certain époque gràce à son accoutrement et son équipement.

Conclusion

Un post-it de ma librairie locale lui a attribué le titre de Roman de fantasy 2018.
Sans aller jusque là (et avec presque 1 an de retard), je dirais que le voyage était agréable, malgré quelques longueurs, et que la dernière partie ainsi que la fin sont suffisamment satisfaisantes ; le tout mérite donc votre investissement (financier et temporel).

Breaking news 🙀

L'auteur a indiqué sur son blog que son prochain roman (prévu pour février 2020) se déroulera dans le même univers que celui-ci.
J'ai hâte, comme un certain nombre d'autres sur Twitter, de découvrir ce nouveau récit.

D'autres avis ? 📚

La coutume veut que l'on mentionne les autres blogs ayant chroniqué le même livre 🙂
Je vous invite donc à découvrir les critiques d'Apophis, Xapur, Albédo et Célindanaé.